Notes du journaliste : ils s'installent au bord du lac Namtso

Publié le 2020-08-31 à 10:45  |  China Tibet Online

Il y a quelques jours, notre journaliste est arrivé au lac Namtso dans le comté de Damxung, ville de Lhassa, région autonome du Tibet en suivant la 14e Convention de trekking du lac Namtso lors du festival Shoton de Lhassa en Chine. Au bord des eaux bleues, on y trouve des bergers vivant ici. 

Namtso est le deuxième plus grand lac de la région autonome du Tibet. Il est de forme approximativement rectangulaire, de plus de 70 kilomètres de long d'est en ouest et de plus de 30 kilomètres de large du nord au sud. La montagne Nyainqêntanglha couverte de neige toute l'année se niche sur la rive sud de Namtso. 

La maison du Tsegong est sur la vaste prairie au bord du lac Namtso。 En mars du calendrier tibétain, la famille de Tsegong a déménagé dans la résidence de pâturage d'été à plus de 20 kilomètres。 Dans la voiture remplie d'objets d'usage quoditien de la maison et suivie par plus de 50 yaks, la famille est venue dans la vallée de Chequ sur la rive sud de Namtso et sur le versant nord de la montagne Nyainqêntanglha。

La 14e Convention de trekking du lac Namtso lors du festival Shoton de Lhassa en Chine se déroule également ici. Suivant les traces des participants, notre journaliste a entamé une randonnée de 6 kilomètres en haute altitude.

On traverse un champs de tentes blanches, et après avoir croisé plusieurs groupes de yaks, on retrouve en vue la tente blanche de Tsegong。 Trois participants à la Convention étaient assis sur l'herbe à côté de sa tente pour se reposer。 Avec un grand sourire, Tsegong et sa femme Padma Drolkar ont sorti du thé au beurre, du « Lala », des crêpes tibétaines et d'autres friandises。 

« Nous nous trouvons au pâturage d'été de ma famille。 Notre maison se situe dans le groupe 3 du village de Dakpo, canton de Namco, comté de Damxung。 » « Je souffre d'hypertension, donc je ne sors pas pour travailler au loin。 Ma famille compte sur les yaks pour gagner de l'argent, en vendant de la viande et des produits laitiers comme le « Lala »。 « Dans le passé, nous dépendions du yak pour la migration, mais maintenant, nous avons la voiture, la vie s'améliore de mieux en mieux。

Tsegong a dit que tous les deux jours, il conduisait sa voiture dans le comté de Damxung pour acheter des fournitures. « Je vais acheter des légumes, de la nourriture et des boissons. » En plus d'acheter des fournitures, il a encore une autre tâche. « Les sacs en plastique et les bouteilles en plastique sont tous rassemblés dans un grand sac. Je vais les emporter pour un traitement lorsque je vais dans le comté. » Il s'agit d'une habitude établie depuis longtemps pour la famille de Tsegong. Pour l'auditeur, il doit admirer la conscience environnementale des éleveurs.

Ouvrez le rideau de la tente, le thangka, le poêle tibétain, quelques coussins... Dans les mots des citadins, le mobilier de la maison est une vie « minimaliste ». Le signal du réseau ici n'est pas bon, le combustible est de la bouse de yak entassée comme un mur, l'électricité provient d'un panneau photovoltaïque à l'extérieur de la tente, qui supporte l'éclairage nocturne, la recharge du téléphone portable et la préparation de thé au beurre de la famille. 

Après le repos, nous nous sommes levés pour dire au revoir et revenir au point de départ. En nous regardant nous éloigner peu à peu, Tsegong et Padma Drolkar ont mis les sacs en plastique et les gobelets en papier par terre dans le sac. Regardant le lac et puis la tente blanche en arrière, nous étions de plus en plus loin de leur famille.

(Rédactrice : Lucie ZHOU)  

秒速飞艇正规平台 秒速飞艇平台 极速时时彩投注 秒速飞艇技巧 秒速飞艇注册网址 秒速飞艇平台 秒速飞艇开户 亚洲十大博彩公司排行 红易彩票app 秒速飞艇正规平台