La nuit du « Gutu » : se réunir est le meilleur des cadeaux du Nouvel An

Publié le 2020-03-02 à 12:53  |  China Tibet Online

Dans l'après-midi du 22 février, Tsering Tsuomu, directrice de l'atelier de production de la société de médecine traditionnelle tibétaine de Ganlu, comme d'habitude a inspecté les ateliers un par un après que les travailleurs aient quitté le travail。 Pendant l'inspection, elle fredonne doucement une chanson, et parcourt de son pas léger chaque atelier。 Aux yeux des collègues, la bonne humeur de Tsering Tsuomu est visible depuis plusieurs jours : c'est parce qu'elle va pouvoir voir son fils qui ne l'a pas vue depuis plus de 20 jours。

Le 22 février est le 29e jour du décembre du calendrier tibétain. C'est la nuit du « Gutu » avant l'arrivée du Nouvel An tibétain, selon la tradition, durant laquelle les familles tibétaines se réuniront autour d'un « Gutu » (une sorte de soupe de pâtes). Son importance est similaire à celle du réveillon du Nouvel An lunaire.

À la fin janvier, la nouvelle épidémie de coronavirus a éclaté à travers la Chine。 Afin d'aider le personnel médical de première ligne à traiter les patients de toutes leurs forces, la médecine tibétaine a également été ajoutée aux médicaments de prévention et de contrôle contre l'épidémie。 Le 29 janvier, Tsering Tsuomu et ses collègues ont dû mettre fin à l'avance à leurs vacances de la Fête du Printemps。 Ils ont allongé les heures de production des médicaments tibétains pour aider la prévention et le contrôle de l'épidémie。

Afin de pouvoir se concentrer sur le travail de production, Tsering Tsuomu a envoyé son fils de 12 ans chez un ami pour y résider temporairement avant de retourner à l'usine.

À 3 h 30 de l'après-midi du 22 février, Tsering Tsuomu a terminé son inspection. Elle est ensuite immédiatement partie vers la maison de son ami. « Il est encore tôt, et je vais pouvoir acheter du Kasaï (une collation tibétaine) en route pour aller chercher mon fils. » Avant le départ, elle a reçu un appel de son mari Tsering Pingtsup, qui travaille dans le comté voisin de Qushui. « Je suis de service en ville ce soir et je ne peux pas rentrer chez nous pour manger le Gutu. »

Malgré sa déception, Tsering Tsuomu a emmené leur fils pour retrouver son mari le soir. « Le Gutu doit être mangé en famille. Puisqu'il ne peut pas revenir vers nous, nous irons le retrouver. »

Tsering Tsuomu a déclaré que maintenant toutes les unités de production renforcent continuellement leur travail de prévention et de contrôle de l'épidémie, il sera possible d'éliminer l'épidémie le plus tôt possible. « Nous prenons des précautions en cours de route, et peu importe où nous célébrons le Nouvel An, le plus important est que notre famille demeure ensemble. »

(Rédactrice : Claire SHENG)

极速时时彩计划 福建快3网址 99彩票网站 秒速飞艇免费计划 福建11选5走势 秒速飞艇计划 秒速飞艇技巧 极速时时彩 秒速快三 贵州快3